Présentation UTL Quimper
 
Conférences et exposés
 
Voyages d'études
 
Autres activités
 


Conférenciers
Livinec Françoise

Livinec Françoise
Présentation

Née à Carhaix, d'une mère originaire de Huelgoat, elle a vécu sa prime jeunesse avec le désir de quitter cette région où « rien ne marchait » à son goût. Études de droit à Rennes. File à Paris « en parfaite Bécassine » et boucle sa maîtrise en droit des affaires tout en fréquentant l'École du Louvre. « Je voulais être commissaire-priseur. »
L'art et l'argent ! Elle est experte en bijoux, fait des estimations chez Drouot, découvre l'art breton et l'art contemporain, achète un stand aux Puces... La boulimique passe aussi un DESS de... psychologie ! « Je travaillais dans une clinique de l'Aisne, puis je filais chiner à Bruxelles avant d'aller ouvrir mon stand aux Puces... »
Puis elle se concentre sur le négoce de tableaux, ouvre une boutique avenue Matignon. « Un jour, je pars faire la foire de Quimper, avec des tableaux bretons. Le conservateur du musée m'en a acheté un, j'ai tout vendu dans la foulée. Hop ! Je me suis mise à acheter des oeuvres bretonnes à Paris, que je revendais en Bretagne ». Premières - et juteuses - retrouvailles avec le pays natal.
L'été 2007, elle séjourne avec une amie sur l'île suédoise de Faro, où l'on vient d'enterrer le cinéaste Ingmar Bergman. Son téléphone sonne, comme sonne le destin. « Ma grand-mère venait de mourir, la famille me demandait si je voulais racheter sa maison de Huelgoat... » Elle dit non, puis se ravise, rachète la maison et ouvre la Galerie du Lac.
La galerie marche bien et le facteur sonne une deuxième fois. « L'école des filles était à vendre. La mairie projetait de créer des gîtes pour randonneurs. Je me suis dit : non, pas ça ! Le jour même où le conseil municipal en délibérait, j'ai déposé une offre pour créer un centre d'art contemporain. »
Et la voilà propriétaire d'une école construite en 1910, typique de la IIIe République, avec ses douze salles de classes, son préau, sa cour de récréation plantée de tilleuls. Une merveille... pleine de trous et de mérule : « Les travaux sont un gouffre, mais... je suis amoureuse de cette école, elle m'habite ! »
L'école des filles surplombe le fameux chaos de rochers où plane encore le génie de Paul Sérusier, venu ici en 1891-1892 appliquer la leçon de Gauguin. Celui du médecin-écrivain-voyageur Victor Segalen, retrouvé mort entre ces rochers, un exemplaire de Hamlet à la main. « L'école m'a convertie. Avant j'étais une marchande, maintenant je suis aussi une semeuse, une diffuseuse d'art et de culture.
Chaque été, elle expose côte à côte des oeuvres des XIXe et XXe siècles et des artistes contemporains. Un bataillon de médiateurs accompagne les visiteurs, explique, suscite les réactions.

son site:



Conférences
 
Siège : Maison des Associations, 53 Impasse de l’ODET, 29000 QUIMPER